CONCERT SPIRITUEL DE LA SEMAINE SAINTE
Mardi 3 avril, 20h15

 

Kaiserrequiem JohannJosephFUX_WEB 

39-LoRo05 soutien_Q_TNF_jpg 

 

Johann Joseph Fux, né en 1660 à Hirtenfeld en Styrie et mort à Vienne en 1741, bénéficia de la libéralité de Leopold Ier, grand protecteur de musiciens, ainsi que mélomane passionné, compositeur et claveciniste. Nommé Hofkomponist par l'empereur en 1698, il deviendra ensuite vice-maître (1705), puis maître de la Chapelle Saint-Etienne (1712), vice-maître (1713) et maître de la chapelle impériale (1715), à laquelle il donna un éclat, qu'elle ne devait jamais retrouver sous ses successeurs. Sa célébrité lui vient surtout de son Gradus ad Parnassum, sans doute le plus remarquable traité de contrepoint jamais écrit. Représentant éminent de la musique baroque, il laissa plus de quatre cents oeuvres qui font de lui un tenant de la tradition polyphonique héritée de Palestrina, un des fondateurs de la musique autrichienne du XVIIIe siècle, et par là un ancêtre du classicisme viennois.

 

Le Requiem Impérial (K51-53), très rarement interprété en concert, a été originellement composé en mars 1720 pour les funérailles d’Eléonore Magdalena, veuve de Leopold 1er. Il a ensuite été joué à trois reprises en 1729, 1736 et 1740 pour les obsèques impériales de Leopold Joseph of Lotheringen, Eugène de Savoie et Charles VI, avant que ce style ne tombe dans une certaine désuétude dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Fux y déploie une orchestration simple et réduite qui se passe de cérémoniel pompeux, le ton solennel étant marqué par un style contrapunctique clair et lumineux. Fux nous offre ici un portrait sobre de la douleur qui est propre au deuil, telle une confrontation musicale avec la mort même.

 

Ce beau concert qui marque avec beaucoup d'intensité et de ferveur chrétienne l'entrée en Semaine Sainte précédant de peu les célébrations du Triduum pascal, nous est proposé par l'Ensemble vocal Mimesis qui s'est déjà produit à plusieurs reprises dans notre église. Les chanteurs et les musiciens de l'orchestre seront dirigés par Dario Alasia, notre maître de chapelle, qui a redécouvert cette partition et a effectué un énorme travail de retranscription. Un bouquet de solistes d'ecception complétera la formation: Blandine Charles et Marie-Hélène Essade (sopranos), Agnès Carron-Villard (alto), Christian Baur (ténor) et Valentin Monnier (basse).

 

L'entrée est libre suivie d'une collecte à l'issue du concert (prix indicatif de 20 francs par personne).

, né en 1660 à Hirtenfeld en Styrie et mort à Vienne en 1741, bénéficia de la libéralité de Leopold Ier, grand protecteur de musiciens, ainsi que mélomane passionné, compositeur et claveciniste. Nommé